Je vis, donc je suis

Je vis, donc je suis

Avoir une foi aveugle en son instinct

Je me sens d’humeur philosophe en ce moment… Aujourd’hui, je vais donc partager mes pensées, mes mantras ; ma vision de la vie… Car je me refuse à parler de survie.

J’ai toujours cru en la chance. J’ai toujours cru en ma bonne étoile.

Croire en sa chance c’est rire à la vie. On peut se permettre de prendre des risques et de se faire confiance. C’est aussi pouvoir refuser le chemin qu’on veut vous montrer. Au risque de devoir prendre votre chemin seul et sans approbation. Car si ce chemin vous apporte le bonheur à quoi sert la validation de l’autre ? Etre heureux, c’est être complet alors peu importe ce que l’on doit faire pour l’avoir. Du moment qu’aucune souffrance n’est infligée pour ce faire.

Quand on vient au monde et que l’on grandit, on nous dit et rabâche qu’il faut faire ci, et qu’il faut faire ça. Il faut rentrer dans le moule (et ne pas faire de vagues). Respecter les règles. Et si la clé c’était justement de ne suivre que son cœur et son instinct ? En quoi serait ce dommageable ? Je vous le dis ; ce qu’il faut c’est bannir l’expression il faut. Synonyme de souffrances.

Un jour, j’ai décidé de suivre mon instinct aveuglement. Et en tout temps, si j’y arrive. Et devinez quoi ? Il ne m’est rien arrivé de grave, et je continue à le faire. Haha.

Les historiens croient tout savoir mais ils n’ont jamais su. Peut-être devrions-nous croire en l’imprévu, et en l’amour. Faire confiance en son instinct. Même quand la logique te crie l’inverse. L’absurde a ses vertus que la raison ignore. Car oui, l’absurde ressemble étonnamment à l’amour. J’ai l’impression de parler comme Jean Claude Vandamne. Mais c’est pas grave car ça fait du bien !

Il faut pouvoir refuser. Il faut pouvoir dire non. Il faut s’écouter et trouver nos réponses personnelles. Cela permet d’être plein d’amour et se sentir entier. De privilégier le hasard à la logique. D’oublier la raison un moment, et de focaliser son énergie sur le moment présent. Sur sa simplicité. N’avoir aucune attente n’est-elle pas la meilleure façon de s’émerveiller de tout ?

Je suis né dans l’opulence. Je suis né avec de l’espace autour de moi, et de l’amour. Jeune, j’ai connu la souffrance et les voyages. J’ai connu les addictions et les drogues. Les études et les vacances. J’ai déçu des personnes, j’ai aidé des personnes, j’ai connu l’amitié et la trahison. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Des souvenirs vagues de souffrance, de voyages, d’addictions, d’études, de vacances, d’amis, d’anciens amis. Rien ne change, tout se transforme.

Ce journal, je l’aime, il m’est utile. Et tant pis si vous oubliez tout ce que vous avez lu, tout ce que vous avez de lu de moi ou ce que vous lirez dans le futur. De toute façon dans 3 jours, 3 mois, 3 ans ou 30 ans vous aurez tout oublié. Vous serez peut être plus là. Moi non plus. Mais la vie oui. Ce n’est pas grave d’oublier car votre instinct lui se souviendra. C’est le pouvoir premier de la lecture. L’instinct est la base de données de l’humanité. Et dieu qu’elle redevenue précieuse, cette humanité…

Le souci c’est que rares sont ceux qui utilisent leurs instincts. Et bien souvent uniquement dans des cas extrêmes. Pour mieux revenir à la logique quand tout est réglé. J’espère que mes compagnons survivants ne feront pas cette erreur…

La logique, c’est le monde de l’ego. C’est la petite voix qui ne cesse de vous dire il faut. C’est bien trop souvent de la souffrance. Alors que vivre le moment présent en se détachant des pensées, en les observant, apporte la paix. Le réconfort. L’ego vous a-t-il déjà apporte de bonnes émotions ? De bonnes expériences de vie ? L’ego apporte assurément de la souffrance, et à part un peu de confiance en soi je ne vois rien d’autre de bénéfique. En tout cas pas dans ce monde-là. Dans celui d’avant je peux comprendre. Il peut apporter succès, pouvoir et richesses. Mais ici ? Haha.

Commencer à écrire est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, mais que je me suis toujours refusé. Par peur du jugement. Par peur de ne pas être apprécié. Par peur d’être nul. Au final il m’a fallu cette catastrophe pour m’y mettre, et il me faudra peut-être 20 ans pour finir d’écrire ce que j’ai à dire.

L’important n’est-il pas de faire ce que l’on aime et peu importe les conséquences ? Il faut faire tout de suite ce que votre cœur vous demande de faire. C’est seulement ainsi que vous serez vous-même. Que vous vous aimerez. Que vous aimerez toutes formes de vie. Arbres et crapauds inclus. N’attendez pas. Mais ne vous blâmez pas si vous attendez. L’important c’est l’action. Soyez dans l’action. Dans l’amour. Dites oui à la nouveauté. Suivez toujours votre instinct, toujours, même si ça vous emmène sur un chemin a priori dangereux. Car le bonheur se résume à ça.

J’aime écrire ce qui passe par ma tête. Je suis forcement conditionné par ce que je vois/lis/rêve et c’est tant pis. L’important c’est de donner de la substance. Donner de quoi réfléchir à mon cerveau conditionné par monsieur Ego qui ne s’arrête jamais de blabla. J’aime ne pas faire de plan, mais être discipliné. J’aime suivre mon instinct tout le temps, et faire ce qui me semble juste tout de suite. Même si ça implique de me brouiller avec Feely ou de jouer à cache-cache tout seul sous la pluie. Il est important de ne pas laisser votre ego gagner. Laissez votre bon côté gagner. Laisser l’amour gagner !



21/10/2016
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres