Je vis, donc je suis

Je vis, donc je suis

Je suis ...

J’étais écologiste, j’étais catholique, j’étais fumeur, j’étais omnivore, j’étais étudiant, j’étais Ecossais, j’étais en couple, j’étais joueur de jeu de rôle, j’étais footballeur amateur, j’étais nationaliste et j’étais bien convaincu d’être tout cela. Et pourtant, aujourd’hui, je ne suis plus rien. J'ai tout perdu. Toutes ces étiquettes qui me définissaient précisément sont parties en fumée. Alors que je suis maintenant ? Juste un survivaliste flexitarien ? Et si au final toutes ces étiquettes m’avaient bridé ? Et si elles m’avaient empêché d’être réellement moi-même ? Dans l’unicité de mon être ? Je pense que c’est une erreur de m’être enfermé dans quelques cases. J’ai dû défendre mon point de vue et me fermer à ce que l’autre pouvait m’apporter. Et tout ceci n’était qu’illusion puisque toutes ces étiquettes ne veulent plus rien dire et je suis pourtant toujours là.

 

Je suis. Point à la ligne. J’aime écrire ceci. La simplicité m’attire beaucoup. Elle m’apporte la paix intérieure.

 

Il faut que les générations futures comprennent qu’il ne faut pas s’identifier. Il ne faut pas se imiter. Il faut être fier du fait d’être unique. D’avoir une pierre qu’on est seul à pouvoir apposer a cette grande bâtisse qu’est la vie. Ne nous enfermons pas dans des identités limitantes. Ouvrons-nous à la grandeur de la différence et soyons plein de compassion, de bienveillance et d’humilité pour l’autre. Fatalement, ce que nous pensions un jour peut se révéler obsolète par la suite. Pourquoi se limiter à quelques identités ?  



05/12/2016
3 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres