Je vis, donc je suis

Je vis, donc je suis

Quand le cœur n'y est pas

Aujourd’hui j’écris pour mes petits moments de baisse de moral. Je vais relire ce passage à chaque fois que j’en ressentirais l’envie. Ok ! C’est parti :

 

Calme. Je suis calme. A chaque fois que je pense au calme il arrive immédiatement. Et ça fait du bien. Du calme vient l’amour. L’amour pour la vie qui inonde la planète terre. Et probablement d’autres planètes. C’est statistiquement sur. Et j’en fais partie. Car je respire. Et c’est là la magie. Les nouveaux nés n’ont pas appris à respirer et pourtant ils le font automatiquement dès qu’ils viennent au monde. Alors tant que je respire il n’y a rien à craindre. Je peux être le calme et en être reconnaissant.

 

Quel soulagement de pouvoir penser ce que l’on veut. Ces petits choix que je ne m’autorisais pas je vais maintenant le faire. Décider de dédier chaque instant au calme et à l’amour qui est en nous et qu’on a pris l’habitude de cacher pour complaire l’ego. L’ego n’aime pas le moment présent et il n’aime pas le calme. Encore moins l’inaction. Il n’est que défis, objectifs, pensées incessantes et souffrance. Alors pour qu’il me rabaisse le moins possible je tacherai de rechercher le calme et de tenter de rester humble. L’ego déteste l’humilité aussi… Bon dieu, que ça me remplit de joie d’écrire tout ça !



20/10/2016
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres