Je vis, donc je suis

Je vis, donc je suis

Le bonheur inconditionnel

Allez, chose promise, chose due. Aujourd’hui on va parler du bonheur inconditionnel. Il doit être la chose que vous devez viser. C’est la seule chose à viser. La seule chose qui compte.

 

En général les gens à l’époque aspiraient à la sécurité, au succès, à la célébrité et à la paix. Et au bonheur. Mais le problème c’est qu’ils voulaient le bonheur conditionnel. Celui qui est limité à l’acquisition de choses ou de nouveaux statuts. Le problème c’est qu’une fois ces choses acquises, ils se rendaient compte que ce n’était pas suffisant. Et que leur bonheur était de courte durée. C’est le souci quand on se fie ou s’identifie à son ego. On a plein de désirs et on n’est jamais satisfaits.

Tandis que si vous trouvez le moyen d’accepter une situation triste, en donnant le meilleur de vous-même, sans jugement, vous pouvez trouver la joie. Ne pas l’accepter c’est créer le conflit en nous-même. J’en suis persuadé. Je le sais. Si on décide de ne pas l’accepter ce qu’il va se passer c’est qu’on va y penser et que cette tristesse va rester. Ce qui résiste subsiste comme dirait l’autre*.

 

C’est ce que je vis depuis quelques temps maintenant. Je devrais être déprimé et démotivé si j’écoutais mon ego. C’est pour ça que je médite et que je me force à avoir toutes ces habitudes quotidiennes. Soyons heureux dans le présent. C’est tout. Et après y avoir pas mal réfléchi je pense que le fait que je sois heureux c’est que je peux faire ce que je veux quand je veux et de la manière qui me convient. Le fait que la société ne soit pas là pour me juger est d’une grande aide je dois bien l’avouer. Cela dit, je suis sûr que c’est aussi une question de choix. Je me suis autorisé à être heureux. Tout de suite. Sans conditions. Et les êtres humains en général ne sont pas du genre à s’autoriser ça. Ils préfèrent le succès en général. Ou la paresse devant YouTube ou la télévision. Quand ma maman me blâmait étant petit quand je regardais la télévision j’étais très loin de comprendre combien elle avait raison. Heureusement que je lisais tous les soirs. Cela m’a peut-être sauvé de l’abrutissement total.

Ce qui aide, aussi, c’est de ne plus se plaindre. Ou plutôt de se plaindre mentalement mais de laisser aller la plainte. De l’observer et de la laisser partir. Je me souviens qu’il avait été démontré que se plaindre était mauvais pour sa santé mais aussi pour celle de la personne à qui l’on se plaint. Pour remplacer cette habitude, il suffit d’être plein de gratitude pour ce que l’on a déjà.

 

Une autre chose.

 

Le bonheur inconditionnel suppose une expression sincère et immédiate des émotions. En général la majorité des gens refoulent leurs sentiments. Et ils l’exprimeront d’une manière ou d’une autre plus tard. Et bien souvent de manière disproportionnée et cruelle. Alors que si l’on ressent son émotion tout de suite ou dans un laps de temps rapide et qu’on la partage avec autrui c’est un bonheur durable qui s’installe. Il faut accepter ce qui arrive et ne pas s’attendre à avoir une vie de prince ou de princesse.

Il faut donner puis oublier. Se faire insulter et ne pas en vouloir à la personne. Se laisser aller en lâchant prise. Ça doit venir de soi. De l’intérieur. Aucun élément extérieur n’apportera ce bonheur.  Et c’est là la clé ! Il faut s’aimer inconditionnellement. Se pardonner et être très cool avec soi-même. Ne pas être perfectionniste. S’autoriser à être moins bon, à ne pas tout réussir. A échouer. C’est bien d’échouer. Il faut juste réessayer et ne jamais abandonner.

 

Dernière chose importante. Ne jamais se comparer aux autres. Vous allez dire que c’est facile à dire pour moi mais je l’expérimentais déjà avant. Je l’ai appris d’un backpacker à Pai. Comme quoi on apprend vraiment beaucoup quand on voyage. Envier quelque chose est également à proscrire. C’est encore la même chose finalement. C’est l’extérieur. C’est inadéquat. Au contraire il faut souhaiter le succès d’autrui. Leur montrer l’amour que l’on a pour eux. Qu’on devrait avoir.                                                                                        

 

Et ça commence par s’aimer soi-même. Toujours et tout le temps. 



24/10/2016
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres